Appel à communications international pour la journée d’études Bernardo Secchi 2018 « Modern city and contemporary city facing the transition » (Date limite : 14 mai 2018)

Appel à communications international pour la journée d’études Bernardo Secchi 2018 « Modern city and contemporary city facing the transition »

Date limite : 14 mai 2018

Accédez à l’annonce : JBS18_callforpapers_web

Présentation par les organisateurs : Le 90e anniversaire de la Déclaration de la Sarraz1 ne serait pas passé inaperçu si Bernardo Secchi était encore parmi nous. Non pas par nostalgie, ni pour renforcer une bataille contre un ennemi qu’il faudrait impérativement anéantir. Mais certainement comme une occasion pour réfléchir de manière critique sur les distances, les inadéquations, les abus ou, au contraire, les trajectoires encore ouvertes et les continuités entre la Ville Moderne et la Ville Contemporaine, au prisme des transitions écologique, économique et sociale. À la suite de réflexions qu’on trouve dans la Première leçon d’urbanisme autour du passage de l’architecture et de l’urbanisme modernes ( leur projet, espace, forme et théorie ) à la stratification, la multiplicité et la complication de la ville contemporaine, la quatrième journée Bernardo Secchi sera consacrée à cette mise en confrontation, et aux nouveaux défis qui l’investissent. Au prisme de ce moment fondateur pour les avant gardes du 20e siècle, la Journée d’étude entend se focaliser sur notre actualité transitionnelle marquée par « l’absence d’une vision claire et intégrale du futur urbain, conduisant à des  choix incohérents dans l’élaboration de nouveaux projets », comme le rappelait Bernardo Secchi, il y a une décennie ; un contexte au sein duquel compatibilité écologique, durabilité et  résilience, obligent les architectes, urbanistes et acteurs à remettre en cause les principes directeurs du projet contemporain. La Modernité, la Neuzeit, résume en un seul mot le cadre temporel entre la Renaissance et nos jours, au sein duquel les cultures occidentales ont développé un projet humaniste sans précédent. Ce dernier a souvent été remis à zéro, pour la dernière fois dans les années 20 avec l’avènement du Modernisme. Ce mouvement artistique, culturel et social a façonné sans aucun doute notre cadre de vie actuel. Nos standards, visions, goûts et couleurs sont marqués par ce tournant historique, autant exalté que décrié. Et si l’architecture et l’urbanisme se sont emparés de cette remise à zéro-là pour concevoir un cadre matériel correspondant à une nouvelle vision de la société, elles n’ont pas manqué l’occasion de se reconstruire en tant que disciplines elles-mêmes. C’est bien cette reconstruction qui a été marquée par la création des Congrès internationaux d’architecture moderne, dont nous fêtons cette année le 90e anniversaire. Le quasi-siècle qui nous sépare de ce moment si significatif pour la forme qu’ont pris les villes et  les territoires  rend urgent de le revisiter pour tout ce qu’il  résume en termes de dynamiques historiques et de parcours de vie, à la fois individuels et collectifs, de visions et de critiques d’un monde en transition.

Les quatre titres des paragraphes qui ont structuré la Déclaration résument l’ambition de cette époque. L’on peut imaginer leur formulation évoluer, au prisme du temps présent :

I. ( Architecture et ) l’économie générale Architecture entre économie et écologie

II. Urbanisme Les conditions du projet urbain contemporain

III. L’architecture et opinion publique Environnement construit et participation citoyenne

IV. L’architecture et ses rapports avec l’Etat Architecture et globalisation


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.