Soutenance de thèse de Dimitri Toubanos « Les projets de logements en Europe à l’aune du développement durable : adaptations, transformations, innovations et obstacles dans la conception architecturale (2005-2015) » – ENSA Paris-Malaquais – 25 mai 2018

Soutenance de thèse de Dimitri Toubanos « Les projets de logements en Europe à l’aune du développement durable : adaptations, transformations, innovations et obstacles dans la conception architecturale (2005-2015) »

Lieu : ENSA Paris-Malaquais, Amphi 2 des Loges, 14, rue Bonaparte, 75006 Paris

Date : 25 mai 2018, 15h

Ecole doctorale Ville, Transports et Territoire – ED 528 (Université Paris-Est)

Thèse préparée au sein de l’équipe du laboratoire LIAT –  Laboratoire Infrastructure, Architecture, Territoire

Directrice de thèse : Virginie Picon-Lefebvre

Merci de bien vouloir vous inscrire à l’adresse suivante : https://goo.gl/forms/ F59oU8QxJ3DTiGFd2 

Composition du Jury :

Mme Virginie PICON-LEFEBVRE, Professeur (HDR), École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville (Directrice de thèse)

Mme Catherine MAUMI, Professeur (HDR), École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (Rapporteur)

Mme Chris YOUNES, Professeur (HDR), Ecole Spéciale d’Architecture et École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-la-Villette (Rapporteur)

M. Marco CREMASCHI, Professeur (HDR), Sciences Po Paris (Examinateur)

M.Cyrille SIMONNET, Professeur, Université de Genève (Examinateur)

Résumé de la thèse : Cette recherche est fondée sur un constat très simple : le développement dit durable est plus qu’un effet du moment, il est une condition sine qua non des établissements humains de l’avenir. Dans ce contexte, l’objectif est d’interroger la profession d’architecte et sa capacité d’adaptation aux problématiques sociétales et environnementales.

Notre travail consiste à analyser, de manière transversale, des opérations contemporaines de logements conçues par des maîtres d’œuvres adoptant une démarche durable, dans le but de :

–       Définir les enjeux architecturaux du développement durable,

–       Identifier des approches de conception répondant à ces enjeux,

–       Mettre en exergue les adaptations, innovations et transformations de la conception architecturale répondant aux enjeux du développement durable,

–       Recenser les freins à la conception et la réalisation de logements durables.

Pour y parvenir, nous avons sélectionné 7 opérations de logements construites en Europe entre 2005 et 2015. Les opérations et les maîtres d’œuvre étudiés ont été primés pour la qualité durable de leur travail. Ce corpus a été analysé à travers une grille d’analyse originale. L’étude sur documents a été accompagnée d’une série de rencontres avec tous les acteurs du projet, ainsi que d’entretiens avec différents acteurs de la construction du logement. Au total, nous avons réalisé plus de 80 entretiens durant cette thèse. Enfin, une convention CIFRE a été mise en place avec le bailleur social EFIDIS, filiale du groupe SNI, dans le but de nourrir l’identification des approches durables et des obstacles à la conception puis à la réalisation de logements durables, en recherchant une vision globale du projet.

Notre recherche a permis de proposer une nouvelle grille de lecture des enjeux architecturaux du développement durable, en dépassant la définition institutionnelle et ses trois piliers liés à la durabilité (environnement, économie et social).

Ce faisant, nous avons mis en exergue trois enjeux spécifiques à la conception de logements durables. Il s’agit des enjeux de l’énergie, de la pérennité et de la prise en compte du milieu. A ces enjeux répondent différentes approches de conception. L’enjeu énergétique est ainsi associé à des approches « actives » et « passives » de conception, qui s’entremêlent dans le projet dans ce que nous avons nommé une approche « hybride » de conception. De son côté, l’enjeu de la pérennité nécessite une considération des usages et de leur évolution, ainsi qu’un travail sur les techniques constructives. Enfin, l’enjeu de prise en compte du milieu suppose une approche de conception située, ainsi qu’une intégration de l’empreinte écologique du projet.

Dans un second temps, notre travail a porté sur l’identification des obstacles à la réalisation et à la diffusion de l’architecture durable. L’omniprésence de la question énergétique, implémentée par les réglementations et labels et résolue par des réponses techniques, qui omettent l’usage, représente le premier obstacle auquel sont confrontés les concepteurs. Il se compète d’un frein lié au surcoût que représente l’intégration du développement durable dans le projet. Enfin, dans un contexte de financiarisation de la production du logement, le jeu d’acteurs autour de l’intégration des principes du développement durable conduit à un défaut de prise de responsabilité de la part des différents acteurs de la construction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *