Journée d’étude « Du Liban, de 1989 : un état de la recherche » – ENSA Paris‐Malaquais – 4 juin 2018

Journée d’étude « Du Liban, de 1989 : un état de la recherche »

Dans  le  cadre  du  programme  de  recherche  lancé  par  le  Laboratoire  ACS  (Architectures,  Cultures,  Sociétés, XXe-­‐XXIe siècles -­‐ UMR AUSser 3329 du CNRS) autour d’une année fédératrice – 1989 –marquée par plusieurs changements de manières de penser l’architecture et la ville qui informent la situation contemporaine.

Lieu : ENSA Paris‐Malaquais, Salle Jekyll

Date : 4 juin 2018

Accédez à l’annonce : liban-1989_acs

Présentation par les organisateurs : Au  Liban,  l’année  1989  cristallise  les  tensions  existantes  sur  le  territoire  et  paradoxalement,  une  tentative de restaurer la paix : les accords de Taëf d’octobre 1989 mettent théoriquement fin à la guerre civile. Les diverses versions tentant de restituer l’histoire de cette guerre ne se rejoignent pas. Au  lendemain  de  la  guerre,  le  mythe  libanais  d’une  identité  collective  est  certes  fragile,  mais  ne  s’effondre pas. Le pays n’est pas officiellement divisé, même si des disparités de natures variées persistent.  À  l’échelle  du  territoire  et  de  l’architecture,  les  séquelles  sont  visibles.  Celles  induites  par  les  bombardements, mais aussi celles qui sont issues d’abus règlementaires, constructifs, économiques, éthiques ainsi que des altérations irréversibles vis à vis du littoral, de la nature, de certains usages, etc. Cette  journée  d’étude  permettra  de  mener  une  réflexion  transversale,  pluridisciplinaire  sur  la  production des savoirs sur le Liban, et particulièrement son architecture en considérant la date de 1989  comme  un  tournant.  En  décentrant  les  regards, elle  permettra  d’engager  un  échange  sur  les  différentes manières de penser le Liban et d’examiner les présupposés de ces croisements. La multiplicité des cadres théoriques convoqués rendra compte de la complexité de ce contexte et de sa situation. En  effet,  dans  les  années  2000,  nombre  de  recherches  ont  été  publiées/soutenues  en  prenant  comme sujet ou objet le Liban, notamment son paysage architectural (entendu au sens large). L’objectif de cette programmation est d’inviter des chercheurs du Liban et de la France, travaillant dans  des  disciplines  et  des  institutions  différentes,  à  échanger  sur  leurs  recherches.  Quels  outils,  méthodes, notions, concepts sont issus et mobilisés dans ces différentes recherches ? Comment des chercheurs de disciplines différentes « voient/regardent/cherchent » le Liban ?

Programme de la journée

9h00 : Arrivée, café

9h15 : Introduction Jac Fol (ACS UMR 3329 ; ENSAPM) / Modération de la journée : Stéphanie Dadour (MHAevt, ACS UMR 3329 ; ENSAG)

9h30-­‐9h50 : Beyrouth 1989, changement de paradigmes ? / Marlène Ghorayeb (CRH-­‐LAVUE UMR 7218 ; ESA)

10h00-­‐10h20 : Beyrouth 1989, l’architecture comme projet politique ? / Nabil Beyhum (EVCAU ; ENSAPVS)

10h30-­‐10h50 : 1989 : Les prémices d’une reconstruction au service des intérêts privés / Sébastien Lamy-­‐Willing (MAJAL – Observatoire académique urbain ; Alba, Université de Balamand)

11h00-­‐11h20 : Une communauté difficile à ‘caser’ : les migrantes sri lankaises au Liban dans les années 80 / Fida Bizri (SeDyL UMR 8202 INALCO/CNRS/IRD)

11h30-­‐12h00 : Discussion

12h00-­‐14h00 : Déjeuner

14h00-­‐14h20 : De l’impardonnable, de la résilience et de l’impossible deuil / Joseph Nasr (GERPHAU ; USEK)

14h30-­‐14h50 : Tremblements de terre / Christelle Lecoeur (ACS UMR 3329 ; ENSAPM)

15h00-­‐15h20 : Architecture du « mouvement moderne » et pratiques d’appropriation à Beyrouth : vers une nouvelle lecture du patrimoine urbain au Liban / Mazen Haidar (AHTTEP UMR 3329, ENSAPLV ; Sorbonne, Paris 1)

15h30-­‐15h50 : Que publiait-­‐on en 1989 au Liban ? / Franck Mermier (IRIS ; CNRS)

16h00-­‐16h40 : Discussion


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *