Table ronde « L’architecte et l’accueil des migrants : entre engagement et formes d’actions » – ENSA Paris-Belleville – Jeudi 31 mai 2018

Table ronde « L’architecte et l’accueil des migrants : entre engagement et formes d’actions »

organisée par le réseau Résome

Lieu : ENSA Paris-Belleville, amphi Huet, 60 Bd de la Villette, 75019 Paris

Date : Jeudi 31 mai 2018, 19h30

Cette quatrième et dernière table ronde, s’articulera autour de trois questionnements principaux.

• Qu’est-ce qu’une architecture d’accueil dans un contexte où les objectifs d’urgence de la mise à l’abri et de l’économie de la construction passent avant l’attention à l’usage et au confort? Comment concilier ces différents besoins? Quelles en sont ou seraient les expressions formelles?

• Si la volonté d’invisibilité administrative est mise à mal par la visibilité médiatique donnée aux bidonvilles et aux centres d’hébergement, leur existence physique et inscription territoriale les expose déjà aux regards. Si « l’architecture par nature s’expose » (Pascal Amphoux), dans quelle mesure amplifier la visibilité de ces objets contribue à les intégrer dans le champs architectural et d’en faire une question architecturale? A contrario, comment éviter le risque d’une stigmatisation accrue qu’une telle visibilité apporte? Quelles seraient les alternatives formelles?

• Comment ces questions peuvent être prises à bras le corps dans l’enseignement du projet, venir nourrir et se nourrir du travail de la recherche?

Modératrice : Elisabeth Essaïan est architecte, docteure en architecture, ancienne pensionnaire de la Villa Médicis, et maître de conférences à l’ENSA de Paris-Belleville. Auteure de travaux portant sur l’architecture et l’urbanisme soviétiques, elle s’est particulièrement intéressée aux relations entre l’architecte et l’acteur politique, à la fabrique urbaine et à la circulation des modèles. Co-responsable de l’action « Explorations figuratives. Nouvelles lisibilités du projet » au sein de l’UMR AUSser, elle s’intéresse aujourd’hui aux questions de représentations et communication visuelles. Elle co-dirige avec Valérie Foucher-Dufoix le séminaire « Faire avec. L’architecte et la citoyenneté ».
http://www.umrausser.cnrs.fr/ elisabeth-essaian

Intervenants :

Julien Beller est architecte, fondateur et président de l’association le 6B, friche culturelle installée dans un immeuble de bureaux désaffecté à St-Denis (2010). Ancien membre du collectif EXYZT il a réalisé plusieurs installations éphémères dans des délaissés urbains. Co-fondateur des associations No Mad’s Land et AoA (2006) il a accompagné dans la constructions des familles roms et roumaines et mené un travail sur le continent africain afin de favoriser l’échange de savoir-faire constructifs. Suite à la demande de la Mairie de Paris et d’Emmaüs Solidarité, il a réalisé le premier lieu d’orientation et de mise à l’abri des réfugiés et migrants à la Porte de la Chapelle à Paris (2016-2018).
http://www.le6b.fr/author/ beller

Valentine Guichardaz est architecte, diplômée de l’ENSA de Marseille (2008) et enseignante à l’ENSA de Paris-Belleville. Elle fonde l’atelier RITA (2016), qui développe une réflexion sur la ville résiliente et hospitalière. Après son expérience de bénévolat pour Emmaüs (suivi de chantier, réaménagement de locaux, etc.), elle se voit confier par la Mairie de Paris et Emmaüs Solidarité la commande d’un centre d’hébergement d’urgence à Ivry-sur-Seine, destiné aux familles de migrants et de Roms. Réalisé sur le site de bassins filtrants de l’ancienne usine des Eaux de Paris, ce projet a été récompensé par l’Equerre d’argent de la première œuvre (2017). Elle est également lauréate des AJAP (2018).
https://www.atelierrita.org

Pascale Joffroy est architecte, maître de conférences associée à l’ENSA de la Ville et des Territoire à Marne-la Vallée. Ancienne journaliste à AMC et d’A, elle a consacré plusieurs articles aux bidonvilles. Elle a co-fondé l’association Système B, comme Bidonville, qui a pour objectif de faire connaître et respecter le bidonville en France et d’œuvrer à son amélioration avec ceux qui le construisent et y vivent. Ce travail de recherche et d’action qui intervient principalement sur les bidonvilles de Seine-et-Marne, a donné lieux à divers travaux de restitution. Elle a créé en master le cours et le workshop « Bidonvilles et habitats précaires » pour mener conjointement ces interventions sur site avec les étudiants en architecture et des autres établissements du campus Descartes.
https://systemebidonville.com

Sébastien Thiéry est docteur en sciences politiques, maître de conférences associé à l’ENSA de Paris-Malaquais. En 2012, il fonde avec le paysagiste Gilles Clément le collectif PEROU – Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines – qui développe des recherches-actions sur les confins de nos villes (bidonvilles, jungles, squats, refuges en tout genre) et les gestes, formes, actes d’hospitalité qui s’y inventent. Auteur de plusieurs livres et films, dont Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir. Sur l’art municipal de détruire un bidonville (post-éditions, 2013), il est en outre membre du comité éditorial de la revue Multitudes.
http://www.perou-paris.org

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.