Soutenance de thèse de M. Ido Avissar  » Intensités du neutre : à la recherche d’une posture Neutre face au Chaos » – ENSA Versailles – 13 juin 2018

Soutenance de thèse de M. Ido Avissar  » Intensités du neutre : à la recherche d’une posture Neutre face au Chaos », sous la direction de  Monsieur Philippe Potié (PR1, Ensa de Versailles)

Lieu : ENSA Versailles, Salle E248 : salle des conseils, 5 avenue de Sceaux, 78000 Versailles

Date : 13 juin 2018, 14h

Résumé de la thèse : Cette recherche se focalise sur la posture Neutre face au Chaos. Elle émerge d’une volonté de rompre avec une lecture paradigmatique de l’urbanisation et d’un désir de trouver un rapport apaisé avec le Chaos urbain qui nous entoure, un Chaos qui n’est plus la congestion spectaculaire de la Grande Ville mais un Chaos gris : diffus, silencieux, insignifiant. Ce regard que l’on qualifierait de Neutre est proche d’une certaine quiétude de l’esprit que l’on trouve dans le Zen ou le Taoïsme. Comme dans ces philosophies orientales il exprime une déconnexion et un dé-saisissement. Le Neutre est une expérience immédiate du réel qui implique une destitution du sujet, la sortie du rapport duel sujet-objet pour tenter une expérience indistincte de l’événement, sur un mode fusionnel, de réceptivité totale. Mais le Neutre qui nous intéresse dans cette recherche est un Neutre créatif et non pas purement contemplatif, un Neutre susceptible de ‘faire projet’. Ce Neutre, en tant que récepteur du Chaos, cherche à transformer la vitalité chaotique en processus actif. Notre argument principal se porte sur ce potentiel créatif et productif de la posture Neutre, et de sa manière à se saisir du Chaos comme source intarissable. La recherche s’organise selon des principes de fragmentation, transdisciplinarité, assemblage et redondance. Les onze figures qui la composent sont autonomes mais elles ne sont pas de la même nature. En effet, elles s’organisent en trois chapitres distincts, qui correspondent aux trois temps, ou trois mécanismes de la posture Neutre : (1) l’indiscernabilité (ou le Neutre réceptif), (2) le Désengagement (ou le Neutre passif) et (3) l’Énonciation (le Neutre actif). Ainsi, les trois premières figures (le Bruit, le Conflit et le Noeud), qui composent le premier chapitre, se rapportent à la réalité exogène, à ce qui se situe en dehors de nous et qui nous entoure ; les cinq figures qui suivent (l’Indifférence, le Laissez-faire, l’Idiotie, la Retraite et l’Infirmité) se rapportent toutes à l’attitude du sujet lui-même, à sa posture passive vis-à-vis du monde ; alors que les trois dernières figures (le Gris, le Pathos et l’Acceptation Active) se rapportent aux moyens d’expression et à l’accès au langage, c’est-à-dire à l’énonciation du projet. La recherche révèle que la posture Neutre ne constitue pas une méthode mais une démarche. Certes, une démarche n’a pas la même force transformatrice qu’une méthode. Elle est plus difficile à partager et à décrire. Elle est impossible à appliquer de façon constante et continue. Cependant, elle peut s’avérer tout aussi précieuse en tant que pensée du projet.

Membres du jury :

Philippe Potié, Directeur de thèse, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles.

Mme Dominique Rouillard, Rapporteur, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris -Malaquais.

Sébastien Marot, Rapporteur, Ecole d’Architecture de la Ville et des Territoires à Marne-La-Vallée.

Paolo Amaldi, Examinateur, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles.

Lars Lerup, Examinateur, Rice School of Architecture – Rice University.

Mme Francesca Hughes, Examinateur, Faculty of Design, Architecture and Building – University Technology Sydney.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *