Soutenance de thèse d’Alessandro Panzeri « Novum Monumentum : étude de la nouvelle monumentalité métropolitaine » – ENSA Paris-Belleville – 20 juin 2018

Soutenance de thèse d’Alessandro Panzeri « Novum Monumentum : étude de la nouvelle monumentalité métropolitaine »

Sous la direction de : VIRGINIE PICON-LEFEBVRE (Professeure, HDR, ENSA-PB/IPRAUS), PIERRE CAYE (Directeur de recherche au CNRS, HDR, ENS rue d’Ulm/ UMR 8230), ALBERTO FERLENGA (Professeur, IUAV)

Université Paris-Est, Ecole doctorale « Ville transports et territoires », ED 528

Thèse préparée en codirection entre le Laboratoire IPRAUS (UMR AUSser, 3329) et le Centre Jean Pépin (UMR 8230) et en cotutelle avec l’IUAV de Venise. Cette thèse fait partie du Cycle IV du doctorat international « Villard de Honnecourt ».

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle des enseignants, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris

Date : 20 juin 2018, 14h

Composition du jury :

GABI DOLFF-BONEKÄMPER (Professeure, TU Berlin, rapporteure)
CARLO MARIA OLMO (Professeur émérite, Politecnico de Turin, rapporteur)
JEAN-LUCIEN BONILLO (Professeur, HDR, ENSA-Marseille)
THERESA ENRIGHT (Assistant professor, University of Toronto)
NATHALIE ROSEAU (Professeure associée, ENPC)

Résumé de la thèse : Cette recherche s’inscrit dans la continuité des études menées autour de la Consultation Internationale du Grand Paris. Elle cherche à approfondir l’origine et la nature des expressions de monumentalité, théorisées par les architectes participants à la consultation, et montre l’influence que ce bagage théorique a eu sur les stratégies d’aménagement du territoire métropolitain. Notre ambition est ici de mettre en évidence le rôle cardinal des symboles constitutifs de la société contemporaine, dont l’expression formelle s’avère de nos jours d’une définition problématique face à l’échelle de l’incommensurable engendrée par la métropole ; nous ne nous attachons pas ainsi à étudier de façon exhaustive les grands questionnements engendrés par la définition de métropole. D’ailleurs, le début du XXIème siècle a été le théâtre d’une confrontation du panorama architectural avec un questionnement profond sur le concept de métropole et sur les thèmes capitaux que cette opération engage. La CIGP, en 2008/2009, a été un moment fructueux pour instaurer une discussion ouverte sur la définition de ce concept. Il s’était alors avéré nécessaire de définir de manière plus complète et structurée la métropole, la ville étant devenue une catégorie trop réductrice pour englober les problématiques d’un territoire si complexe, habité par une mosaïque hétérogène de cultures. Le concept de ville, qui était, dans sa structuration historique, plus proche de notre réalité quotidienne, laissait transparaitre la façon d’exister physique et spatiale de ses habitants. Parmi les thèmes traités par la CIGP, la monumentalité est l’un des plus éloquents et qui illustre au mieux la pensée contemporaine sur l’urbanité. Trouver une définition la plus complète de métropole, et dans le cas de Paris l’enjeu est d’autant plus important qu’il s’agit d’une « métropole-capitale », implique indubitablement de se pencher sur l’édification de ses monuments, ou, pour user d’un langage plus consensuel, de ses « projets phares ». Ainsi, si les monuments urbains ont joué un rôle capital dans l’histoire de la ville, peuvent-ils encore être le centre de l’attention métropolitaine ? À l’échelle urbaine, ils avaient également une vocation commémorative, avaient valeur de marqueur politique et étaient marqueurs d’un événement ou d’une personne significatifs pour le territoire. Cependant, parler de monumentalité de nos jours soulève des questions pour le moins problématiques. Selon des interprétations négatives, cette notion est fruit d’une pensée rétrograde, fondée sur l’historicisme et sur une lecture de l’architecture comme une question de style. A contrario, la monumentalité représente, à l’origine, la qualité immatérielle qui permet au monument d’émerger de son contexte et d’être reconnu comme élément structurant de l’espace urbain. Cette qualité joue un rôle capital au sein de la métropole puisqu’elle s’oppose à une logique de l’architecture basée sur l’économie et qu’elle éveille la conscience collective à la fonction mémorielle du monument et à sa symbolique d’avertissement pour la société. Ainsi, la consultation internationale du Grand Paris (CIGP) a été une vitrine internationale considérable qui a donné aux équipes pluridisciplinaires participantes la possibilité de définir les paramètres fondateurs pour le développement de la métropole du XXIème siècle de l’après-Kyoto. À la demande des décideurs politiques, les équipes de la CIGP ont engagé un  questionnement  sur la manière de matérialiser les symboles fédérateurs de la société contemporaine. S’agirait-il d’un renouveau de la monumentalité ? Comment faire coexister ce questionnement face aux principes du développement durable ? Serions-nous confrontés à une nouvelle forme de monumentalité émergente ? Cette recherche a l’ambition de présenter la récursivité de l’histoire transformant la notion de monumentalité et d’apporter quelques éléments de réponse concernant la possible émergence d’une nouvelle monumentalité métropolitaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.