Appel à articles pour le n°4 des cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère « Héritages théoriques » (date limite : 30 septembre 2018)

Appel à articles pour le n°4 des cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère « Héritages théoriques »

Date limite : 30 septembre 2018

Accédez à l’appel : « Héritages théoriques »

Les propositions d’articles seront envoyées par mail au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : secretariat-craup@culture.gouv.fr
Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Extrait du site : Pour esquisser des pistes de réponses – et sans prétendre à l’exhaustivité –, ce numéro thématique propose d’éclairer la diversité voire l’articulation des héritages théoriques présents en architecture, en urbanisme et en paysage à partir de trois axes principaux :

Formats et modalités de transmission
Il s’agit d’appréhender ici les supports de construction et transmission d’un énoncé théorique. Comment se positionne le théoricien ? Quelle forme prend la théorisation, parfois en dehors de la tradition écrite (expérience bâtie, conférence, exposition, enseignement) ? Selon quelles méthodes est-elle élaborée et transmise ? Dans quelle mesure la pratique devient-elle productrice d’une pensée théorique « recyclable10 » ? On pourra, par exemple, interroger la notion même de références et les modalités de leur exploitation au sein d’un discours théorique donné.

Usages, transferts, détournements
Par ailleurs, les usages et transformations d’un héritage théorique peuvent être mobilisés. La pérennité et la réception d’un appareil théorique sont ici au centre des questionnements tout comme les transferts et emprunts exercés depuis d’autres champs disciplinaires et scientifiques.

A ce titre, on pourra ici examiner l’évolution de l’enseignement de la théorie dans les écoles et universités ainsi que la diffusion et réception de méthodes spécifiques par des acteurs praticiens et/ou théoriciens. Quelle place pour des outils de comparaison ou d’analogie ? Ainsi, le poids de certaines filiations et de certains contre-modèles pourront émerger : certains architectes formés avant 1968 en France ont par exemple construit leur positionnement en réaction à une forme d’enseignement qu’ils rejettent.

Contextes de formulation, terrains d’opération
Enfin, l’énoncé d’une théorie ou d’un positionnement théorique ne nous renseigne pas que sur l’œuvre ou la vision d’un acteur singulier, mais éclaire un contexte culturel bien plus large. La théorie émerge à la croisée entre une pratique et un contexte. On pourra donc investiguer les porosités entre l’histoire des idées, les évolutions socio-culturelles et l’évolution de l’architecture, de la ville et du paysage.

Dans quelle mesure l’appareil théorique mobilisé est-il dépendant d’un contexte singulier ou du parcours de son concepteur ? Comment est-il éventuellement interprété dans des contextes distincts ?

Les sujets des articles proposés pourront s’inscrire plus spécifiquement à l’intérieur d’un de ces axes de questionnement ou proposer une analyse plus transversale, en mobilisant des corpus inédits.

Ce cahier thématique a pour ambition de rassembler des contributions éclairant la multiplicité des usages et formulations théoriques convoquant les échelles architecturales, urbaines et paysagères. Ce numéro participera à enrichir le regard sur la pratique du projet, entendu comme une pensée à l’œuvre, et à caractériser le pluralisme théorique et doctrinal de ces dernières décennies. Il permettra également de mieux comprendre l’inscription des processus de transformation spatiale dans des contextes culturels variés et, à la fois, toujours plus interdépendants.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.