Villes, réseaux et systèmes de villes : contribution de l’archéologie (Livre)

“Villes, réseaux et systèmes de villes : contribution de l’archéologie” de GARMY Pierre – Errance/Actes Sud, juin 2012 – 336 p.

Accédez au site de l’éditeur

Présentation de l’éditeur : Il est généralement admis que la ville constitue la forme d’organisation humaine la plus complexe qui puisse se trouver. Nulle autre n’atteint en effet un tel degré d’imbrications de fonctions, une telle variété de forme et de taille, n’intègre une telle variance sociale, n’a un poids équivalent sur son territoire et son environnement, n’interagit de manière aussi déterminante avec d’autres, etc.

Aussi, un objet, à ce point riche et multiforme, aussi mobile dans l’espace et dans le temps ne saurait, bien entendu, constituer le domaine réservé d’un seul champ disciplinaire. Il y a lieu au contraire de la soumettre à l’approche croisée de l’interdisciplinarité, au sein de laquelle l’archéologie peut et doit revendiquer toute sa place avec beaucoup d’autres. Ceci par conviction profonde et motivée que l’archéologie peut poser sur la ville un regard singulier et offrir des perspectives spécifiques. Il paraît acquis que les villes, par excellence lieux d’accumulation, de sédimentation, de stratification verticale et horizontale, de démolition et de reconstruction, certains parlent de palimpseste urbain, ne peuvent être pleinement comprises dans leur état présent, lui-même provisoire, si l’on fait l’économie des recherches portant sur leur genèse et leurs évolutions.
La création contemporaine en matière d’urbanisme doit pouvoir passer par le respect documenté ou la transgression consciente et raisonnée de l’héritage urbain, des rythmes, des césures, des vides et des pleins, du dedans et du dehors, du monumental et du vernaculaire, du public et du privé, des axes, des réseaux et des flux, autant de paradigmes de l’archéologie urbaine, autant de descripteurs de la ville.

Ce livre est conçu en deux parties : la première envisagera la ville singulière comme entité socio-spatiale, identifiée par le truchement du travail des archéologues urbains. La seconde partie considérera la ville en réseaux et en systèmes, d’un point de vue théorique d’abord puis en illustrant par trois études de cas, l’idée que la ville ne se définit pas seulement en elle-même par ses caractéristiques propres mais aussi, et peut-être surtout, dans les rapports d’interactions spatiales qu’elle entretient avec d’autres villes et avec le territoire. Ce livre est tiré d’un mémoire d’Habilitation à diriger les recherches soutenu en 2009.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.