Soutenance de thèse de Vincent Bradel : « Nancy 1913, un rêve de Cité moderne. L’esquisse d’un plan d’extension aux premiers temps de l’urbanisme » – ENSA Marseille – 28 septembre 2018

Soutenance de thèse de Vincent Bradel : ” Nancy 1913, un rêve de Cité moderne. L’esquisse d’un plan d’extension aux premiers temps de l’urbanisme”
LABORATOIRE INAMA • ED 355 AIX-MARSEILLE-UNIVERSITÉ

Lieu : ENSA Marseille, salle des professeurs, 184, avenue de Luminy – Marseille

Date : 28 septembre 2018, 14h

Accédez à l’annonce : Soutenance de thèse de Vincent Bradel

Composition du jury :

Directeur de thèse : Jean-Lucien BONILLO, professeur HDR, ENSA•Marseille ;
Rapporteur : Anne-Marie CHÂTELET, architecte, professeur HDR, ENSA-Strasbourg ;
Rapporteur : Philippe DUFIEUX, professeur HDR, docteur en histoire de l’architecture, ENSA-Lyon ;
Membre : Viviane CLAUDE, architecte-urbaniste, professeur HDR, Institut d’Urbanisme de Lyon ;
Membre : Angelo BERTONI, architecte, historien, maître de conférence, Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional, AMU.

Résumé : Le 4 mai 1913, s’ouvre dans les locaux de l’ « Hôtel » de la Chambre de Commerce de Nancy, la première exposition d’urbanisme jamais organisée en France, l’Exposition de la Cité Moderne, avec pour point d’orgue un avant-projet de plan d’extension de la capitale lorraine. Caractérisé par un grand boulevard de circonvallation qui redessine les limites d’une ville en plein développement, ce plan incarne les ambitions urbaines d’un nouvel âge d’or régional né de la proximité de la frontière avec l’Allemagne depuis 1871 et du formidable essor du bassin minier de Briey depuis les années 1900. Cependant, l’exposition n’est pas le fait des édiles de la Ville de Nancy, mais des maîtres de forges de la Société Industrielle de l’Est, comme Camille Cavallier, et le projet présenté n’est pas dû à l’initiative des organisateurs de l’évènement, François Villain et Louis Laffitte, mais d’un collectif d’architectes nancéiens plus connus pour leur participation à l’École de Nancy, tels Lucien Weissenburger et Pierre Le Bourgeois. Au moment même où la place Stanislas s’impose comme une référence incontournable, la qualité de l’enquête documentaire internationale menée par le leplaysien Georges Hottenger, et la participation des principaux acteurs du Musée social, comme Georges Risler, Georges Benoit-Lévy et Donat-Alfred Agache, mais aussi la publication du projet dans les colonnes de L’Architecture et son exposition dans les années 1910 aux manifestations de Gand, de Lyon et de Paris, achèvent de faire de ce plan d’extension de Nancy un témoin singulier des premiers temps de l’urbanisme. Au-delà des conditions lorraines et nancéiennes de son émergence, le propos ambitionne de resituer sa genèse par rapport aux grandes questions morphologiques soulevées par le débat international qui s’organise autour des manifestations de Berlin et de Londres, et plus particulièrement, la question du traitement des limites de la Grande Ville, entre boulevard de ceinture et cité-jardin, entre système de parcs et ceinture verte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.