Appel à communication pour la journée d’étude “L’Architecte formateur : vers un renouveau du conseil, de la sensibilisation et de la médiation en architecture” (date limite : 15 novembre 2018)

Comité scientifique : Thierry ARDOUIN (Université de Rouen, cirnef); Véronique BIAU (aue, ensa de Paris-La-Villette, let, réseau ramau); Alain BOURDIN (upem, Lab’Urba); Pierre CAYE (cnrs, Centre Jean-Pépin); Maxime DECOMMER (ensa de Paris-Malaquais, acs); Caroline MANIAQUE (ensa de Normandie, ate); Tricia MEEHAN (ensa de Normandie, ate); Damien RENAULT (ensa de Normandie, ate); Sylviane SAGET (ace); Clara SANDRINI (ensa de Toulouse, lra); Frédéric SAUNIER (ace, ensa de Normandie, ate, réseau erps).

Présentation par les organisateurs :  L’analyse de la fabrique du cadre bâti se renouvelle et l’architecte y joue des rôles variés. Les constructeurs y cèdent la place aux conseils (notamment ACE), conseillers (CAUE), consultants ou médiateurs (dans le cadre des Maisons de l’architecture par exemple), qui assistent les élus, orientent les particuliers dans leur projet de construction, animent des “ateliers participatifs”, relèvent le niveau de “culture architecturale” des Français… quand ils ne sont pas investis à l’échelle nationale de la mission d’éveiller parmi la population un “désir d’architecture”.
Certaines de ces pratiques et professions sont anciennes et “ancrées dans les territoires”, d’autres plus récentes. Toutes semblent faire l’objet d’une attention nouvelle ou renouvelée de la part des pouvoirs publics comme des chercheurs. Le parti de cette journée d’étude serait de penser ensemble le conseil, la sensibilisation et la médiation comme pratiques de formation, c’est-à-dire comme des interactions particulières, d’ordre pédagogique. Ces architectes jouent-ils un rôle (trans)formateur dans la fabrique du cadre bâti? Par quels discours et pratiques se distinguent-ils ou s’apparentent-ils aux projeteurs-constructeurs, aux architectes-enseignants et aux autres acteurs de l’aménagement? Et que gagne-t-on à une telle analyse? Relier le conseil, la sensibilisation et la médiation au champ de la formation vise à l’intelligibilité et à l’amélioration de ces pratiques, certes, mais ouvre aussi, dans une perspective axiologique, à des réflexions d’ordre disciplinaire – historique, théorique et critique.
Les axes de réflexion suivants sont envisagés:1 - Architectes conseil(ler)s et politiques publiques de l’architecture.2 - Doctrines, entre idéologies, modes et traditions théoriques; entre dess(e)ins et processus; entre échelles urbaine, métropolitaine et architecturale; entre éthique et esthétique; entre réalisme et idéalisme; entre commandement et obéissance…3 - Pratiques institutionnelles et privées.4 - Publics. Tous semblent concernés par les politiques publiques: scolaires, particuliers “grand public”, agents de l’État et des collectivités, professionnels, maîtres d’ouvrage. La “formation des élus” en particulier est explicitement visée par le rapport Bloche, la SNA et la loi LCAP modifiant la loi de 1977 sur l’architecture.5 - Formation des formateurs. Le conseil et la médiation s’enseignent-ils?6 - Approches comparatives. Et ailleurs dans le monde: qu’en est-il de l’architecte (trans)formateur?
Cette première journée d’étude consacrée à l’architecte formateur est ouverte aussi bien aux témoignages d’acteurs concernés qu’aux travaux de chercheurs, relevant de différents champs disciplinaires: histoire des politiques publiques, histoire de la profession d’architecte, théorie de l’architecture, qualité(s) architecturale(s), sciences de l’éducation, formation des adultes, sociologie urbaine, sciences politiques, etc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.