Projet collectif de l’équipe ACS (ENSA Paris-Malaquais) : « 1989, hors-champ de l’architecture officielle »

Accédez à la présentation du projet : 1989, hors-champ de l’architecture officielle

Le Laboratoire ACS de l’Ensa Paris-Malaquais a lancé un programme de recherche –1989, hors-champ de l’architecture officielle – centré, dans un premier temps, sur le travail de ses propres membres, pour se déployer ensuite auprès de l’ensemble de la communauté scientifique, nationale et internationale. Le projet s’organise autour d’une date fédératrice – 1989 – et d’un point de vue. Il comprend plusieurs phases et diverses productions : des séminaires internes et des journées d’étude d’invités (composants des premières publications), des voyages d’étude, un premier ouvrage de référence, une exposition et l’organisation d’un colloque international avec ses actes publiés (voir calendrier prévisionnel).

17 membres permanents du Laboratoire ACS, 10 associés, 1 post-doctorant et 9 doctorants se sont organisés en cinq groupes ou « axes » thématiques, dont les propos se croisent.

Animé par un(e) référent(e), chaque sous- groupe organise, sur la base d’avancement de ses travaux, une part du projet collégial (séminaires, invitations de chercheurs extérieurs, journées d’étude).

Dans ce cadre, le projet développe notamment des partenariats avec le Liban et la Roumanie.

Présentation du projet : Interroger les relations contemporaines entre architecture, culture et société, c’est questionner les conditions dans lesquelles s’exerce aujourd’hui l’architecture et en comprendre les fondements, les évolutions, les mutations. Le laboratoire Architecture, Culture et Société a décidé de mener un travail de recherche collectif auquel chacun de ses membres contribuerait selon ses orientations. Pour fédérer ce faisceau de regards, nous avons retenu un thème susceptible de recueillir leur diversité, une date-clé : 1989. Celle-ci fonctionne à la fois comme un prétexte et un repère, un espace de cristallisation de l’histoire, une sorte de point focal utile à notre archéologie du présent.

En France, dans le domaine de l’architecture, les caméras se sont alors presque exclusivement concentrées sur un seul phénomène : les grands travaux présidentiels. Ces hauts faits, qui ont occupé le devant de la scène française, occultent une infinité d’« événements » moins identifiés et peu médiatisés ; pourtant, ces derniers informent, tout autant sinon plus, cette période de l’histoire et ses incidences sur le monde d’aujourd’hui.

Modalités : 1989, c’est encore ce que l’on appelle de l’histoire « immédiate », du « temps présent ». Il nous parait notamment indispensable de recueillir le témoignage de ceux qui ont vécu ce moment là, ceux dont les actions ont fait cette période. Ceux aussi dont les postures et les trajectoires nous aident à comprendre le basculement qui s’est joué, en France et bien au-delà, en 1989 et dans les années qui ont suivi.
À un niveau qui dépasse largement celui de l’architecture française, la chute du communisme et l’ouverture du bloc de l’Est ont ouvert la voie à la libéralisation et la mondialisation des échanges économiques, à un remodelage géopolitique et, plus près de notre propos, au trouble des frontières entre ce qui relevait du secteur public et de la sphère du privé.
Au sein de ce programme « 1989 », nous distinguons différents axes de recherche : la redistribution des rôles entre l’État, les collectivités locales et le privé, les mutations de l’habitat, les bouleversements dans l’enseignement de l’architecture, les soubresauts du postmodernisme, la déclinaison et les conséquences de ces basculements dans divers pays de l’Ouest à l’Est.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.