Recontre annuelle du Réseau LIEU : « Patrimonialiser l’habiter : quand les usages deviennent-ils patrimoine ? » – Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine – Université Grenoble Alpes – 22 et 23 octobre 2018

© Peter Bialobrzeski, extrait de The Raw and the Cooked, 2008

Organisateurs : Giulia Bonetto (Réseau LIEU), Federica Gatta (PACTE, LAA-LAVUE, Réseau LIEU), Ryma Hadbi (CRESSON-AAU) et Alice Sotgia (LAA-LAVUE, Réseau LIEU)
Partenaires : PACTE, Grenoble

Lieu : Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine – Université Grenoble Alpes, Salle des Actes, 14 Avenue Marie Reynoard – 38100 GRENOBLE

Date : 22 et 23 octobre 2018

Accédez à l’annonce : Rencontre annuelle du réseau Lieu 2018

dont interventions des membres de l’UMR AUSser :

22 octobre : Mazen Haïdar (ENSA Paris La Villette et Université Paris-Sorbonne, AHTTEP/UMR AUSser) – Les pratiques de réparation spontanées durant la guerre du Liban : vers un nouveau récit du bâti de la ville de Beyrouth.

22 octobre : Christelle Lecoeur (ENSA Paris-Malaquais, ACS/UMR AUSser) – Le rôle des réseaux sociaux dans l’identification du patrimoine domestique libanais.

23 octobre : Anne Debarre (ENSA Paris-Malaquais, ACS/UMR AUSser) – Nemausus, patrimonialisation d’une architecture vécue.

Extrait du site : Les activités du Réseau Scientifique Thématique LIEU – réseau international sous la tutelle du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP) du Ministère de la Culture – autour de la thématique « Habiter la patrimonialisation » ont montré que les processus de patrimonialisation ont des effets importants sur l’habiter : précarisation, gentrification, reconstructions identitaires, transformations de certaines pratiques urbaines, etc. Lors de cette nouvelle rencontre à Grenoble, nous proposons de questionner des situations où le fait d’habiter devient en soi “patrimoine”. Si depuis deux ou trois décennies le phénomène de la patrimonialisation concerne des objets de plus en plus divers relevant d’échelles multiples, est-ce que l’habiter même, en tant qu’action, serait devenu un objet de patrimonialisation ? Nous nous intéresserons aux processus qui font de l’anodin de la vie quotidienne, et des espaces qui la caractérisent, une expérience unique et représentative, capable d’identifier, qualifier et/ou protéger des lieux à valeur patrimoniale (patrimoine classé, inscrit, ordinaire, bien commun, etc.).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.