Paru : Catalogue d’exposition “Jean-Jacques Lequeu : bâtisseur de fantasmes” / Sous la direction de Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric et Martial Guédron, Editions Norma et les éditions de la BnF, 2018 (Livre)

“Jean-Jacques Lequeu : bâtisseur de fantasmes” / Sous la direction de Laurent Baridon, Jean-philippe-Garric et Martial Guédron, Editions Norma et les éditions de la BnF, 2018, 1 Vol. (192 p.), 978-2-3766-6021-7

Avec des contributions d’Elisa Boeri, Corinne Le Bitouzé, Valérie Nègre et Joëlle Raineau-Lehuédé, et un essai d’Annie Le Brun.

Dans le cadre de l’exposition “Jean-Jacques Lequeu : bâtisseur de fantasmes” qui aura lieu au Petit Palais (Avenue Winston-Chruchill, 75008 Paris) du 11 décembre 2018 au 31 mars 2019 et Inauguration de cette exposition le 10 décembre 2018.

Commissariat général : Corinne Le Bitouzé, conservateur général, département des Estampes et de  la photographie, Bibliothèque nationale de France et  Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique au Petit Palais

Commissariat scientifique : Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II, Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg

Accédez au site de l’éditeur : Jean-Jacques Lequeu

4ème de couverture : Quel lien y a-t-il entre L’Origine du monde de Gustave Courbet et le « Palais idéal » du facteur Cheval ? Selon Annie Le Brun, « il y a Jean-Jacques Lequeu,  qui, sans en être conscient, pressent que l’origine du rêve architectural a quelque chose à voir avec cette origine du monde ».
Fils d’un menuisier de Rouen, Lequeu (1757-1826), formé au siècle des
Lumières, voit son destin bouleversé par la Révolution. Contraint à un emploi de dessinateur pour l’administration, il croit toutefois à son talent et poursuit sans concession son ambition d’artiste. « Architecte de papier », Lequeu rêve de monuments somptueux, de fabriques fictives et de paysages imaginaires ; au-delà de l’architecture, sa galerie s’enrichit de multiples dessins, d’une suite troublante d’autoportraits, de portraits grimaçants, de tableaux érotiques et de détails anatomiques sans complaisance. Six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il lègue ce fascinant oeuvre graphique à la Bibliothèque royale. Cet ouvrage présente pour la première fois Lequeu dans sa singularité comme dans son époque, restituant enfin pour un large public toute sa richesse et sa complexité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.